Édito

Le mot de Thierry Trouvé,

Directeur Général de GRTgaz

#fierté

L e lancement de la zone unique est une formidable réussite industrielle et commerciale, ainsi qu’un modèle de concertation. Cet événement majeur pour GRTgaz et le marché gazier est le fruit d’une co-construction permanente avec les acteurs du marché et d’une mobilisation d’expertises clés autour de deux défis : la réalisation de nouvelles infrastructures gazières et la mise en place de nouveaux mécanismes de marché.

Avec la création au 1er novembre 2018 de la Trading Region France, c’est un projet inédit en Europe qui se concrétise enfin, après une immense mobilisation sans aucun dérapage dans le planning et le budget.

Tous ceux qui ont participé à cette grande aventure peuvent être fiers de ce qu’ils ont réalisé, et fiers d’offrir à nos clients un marché plus attractif et plus compétitif, renforçant la sécurité d’approvisionnement de notre pays.

Vous avez 1 mn ?

Les 5 essentiels à connaître sur la TRF

TRF

c’est le nom que l’on donne à la zone de marché unique. Cela signifie Trading Region France.

1 point unique d’échange de gaz : le PEG

Il remplace le PEG Nord et le TRS

872 millions d’euros

d’investissements partagés entre GRTgaz et Teréga pour créer les infrastructures nécessaires à la TRF.
GRTgaz a pour sa part investi 720 ME dans le programme Val de Saône (188 km de canalisations et travaux sur 3 stations de compression/interconnexion) et la création d’un rebours à Cruzy (Hérault).

15 ans

C’est le temps qui a été nécessaire à la construction progressive du marché unique, initié en 2003. La France est passée de :

 

  • 8 zones en 2003,
  • puis 3 en 2009,
  • 2 en 2015
  • et enfin à 1 zone en 2018 !

+ 42 %

C’est l’augmentation des flux de gaz entre Nord et Sud rendue possible par la création de la TRF.

VOUS AVEZ 3 MN ?

La TRF : quels bénéfices ?

1. Un prix du gaz unique sur le marché de gros en France

Le prix PEG (point d’échange de gaz) est l’unique prix de marché de gros du gaz en France, sans distinction entre le Nord et le Sud.

Précédemment, en effet, le prix du gaz était plus compétitif dans la zone Nord du pays que dans la zone Sud. C’est cette différence qu’on appelait « spread Nord-Sud ».
Celle-ci s’expliquait par un meilleur approvisionnement en gaz dans la zone Nord, interconnecté via les réseaux belges et allemands aux flux gaziers provenant du Nord de l’Europe. Ces dernières années, la liaison Nord-Sud en France était de plus en plus sur-sollicitée, accentuant le différentiel de prix entre les deux zones du pays.

2. Un marché français plus liquide et plus compétitif

La TRF facilitera l’accès aux sources de gaz les plus compétitives pour l’ensemble des consommateurs, notamment pour les industriels situés dans le Sud de la France. Avec la TRF, l’ensemble du marché français est désormais interconnecté aux principales places de marché européennes. L’attractivité du marché français sera ainsi renforcée à long terme et la volatilité des prix réduite.

Z

3. Une sécurité d’approvisionnement renforcée

La création de la TRF permet d’augmenter de 42 % les flux de gaz entre le Nord et le Sud de la France.
Avec le renforcement du réseau de transport de gaz français et la création d’une zone de marché unique, les risques de congestion entre le Nord et le Sud diminuent renforçant la sécurité d’approvisionnement.

Bon à savoir

Les interconnexions gazières entre la France et ses voisins européens se sont largement développées ces dix dernières années : la capacité de sortie a doublé et la capacité d’entrée a augmenté de 50 %.

Source : CRE : « Les interconnexions électriques et gazières en France, un outil au service de la construction d’un marché européen intégré », Juin 2016

VOUS AVEZ 5 MN ?

Ils ont co-construit la TRF : ils racontent !

La TRF : on l’a fait ensemble ! Nos experts partagent le principal challenge qu’ils ont dû relever pour faire de la TRF une réalité.
Thierry GULMINI

Thierry GULMINI

Responsable du Secteur Saône & Loire au sein de la Direction des Opérations

Notre principale mission, à mon équipe et moi, a été de mener à bien les différentes opérations de raccordement et de mise en gaz afin de tenir les délais.

Concernant les raccordements, notre rôle est d’assurer la sécurité par la rédaction des consignes de manœuvres, et la surveillance des chantiers assurés par les entreprises prestataires ou bien les équipes de GRTgaz. En ce qui me concerne, j’avais la fonction de Représentant du Chef d’Exploitation (RCE) et de Chargé de consignation (CC).

« Mener à bien les différentes opérations de raccordement dans les délais. »

Pour la mise en gaz de la nouvelle canalisation, nous avions des contraintes de débit et de pression particulières. Tous ces travaux réalisés en collaboration entre la Direction de l’Ingénierie, la Direction des Opérations et la Direction Système Gaz ont parfaitement fonctionné car tout le monde avait comme cible la date permettant de mettre cette artère en service.

Et maintenant ? Et bien nous reprenons notre casquette d’exploitant avec une nouvelle artère à gérer aussi bien sur le plan maintenance d’exploitation que sur celui de la surveillance des travaux à proximité de nos ouvrages en service.

Jeanne MASCRÉ

Jeanne MASCRÉ

Responsable Grands Comptes, Direction Commerciale

Ce qui a été vraiment novateur dans le Groupe de travail créé pour travailler sur la TRF, c’est d’abord sa très grande représentativité des acteurs du marché, avec une vingtaine de sociétés présentes représentant à la fois des fournisseurs de différentes tailles ainsi que des clients industriels…

Le processus de concertation a démarré en novembre 2016, et nous a donc laissé deux années « pleines » pour co-construire ensemble une zone de marché unique qui prenne en compte les enjeux de chaque acteur.

« Allier représentativité et efficacité dans notre processus de concertation. »

Au cours des 13 réunions qui ont jalonné cette concertation, nous sommes vraiment parvenus à innover ensemble. Le spread localisé, un mécanisme mis en place pour la gestion des congestions, est ainsi une idée qui vient des participants, en rebond à une proposition de GRTgaz.

Au-delà de la co-construction commerciale, nous avons aussi voulu associer les membres du groupe de concertation au travail de GRTgaz sur les infrastructures, avec plusieurs visites du chantier Val de Saône par exemple.

Barbara PICHAYROU

Barbara PICHAYROU

Chef de produit Pôle Marketing, Direction Commerciale

Le principal défi était de parvenir à construire des mécanismes de marché qui soient techniquement et économiquement efficaces, en concertation avec différents acteurs, et le tout dans un temps réduit.

« Faire de la concertation une occasion d’innover ensemble. »

En effet, nous avions une année pour imaginer et choisir les solutions. Pour gagner du temps, nous avons pré-conçu 6 mécanismes différents que nous avons présentés mi-2016 aux membres de la concertation gaz. Puis, comme ces mécanismes étaient relativement complexes à appréhender, nous avons mis en place une méthode originale et innovante pour les partager et les tester avec eux : un serious game, dont la première version a été disponible dès novembre 2016.

Avec le jeu « Game of flows », nos parties prenantes ont pu tester les différentes propositions de mécanismes de marché et élaborer la solution finalement retenue : le spread localisé.

Ce jeu, baptisé « Game of flows », nous a permis de travailler avec nos clients par petits groupes de 4, pour tester les mécanismes proposés sous forme de jeu, et de recueillir leurs remarques et suggestions d’amélioration. C’est entre autres grâce à ces échanges que nous avons pu concevoir la solution du spread localisé début 2017.

Aujourd’hui, ce jeu continue à être utilisé en interne. Il permet de se mettre à la place d’un expéditeur et ainsi de tester notre offre commerciale en première approche, ou d’expérimenter concrètement le spread localisé.

Frédéric LARSONNEUR

Frédéric LARSONNEUR

Chargé de projets de l'Offre, Direction Système Gaz

À l’origine de la TRF, il y a eu un choix important : celui de ne pas sur-investir dans les infrastructures, mais de s’appuyer également sur des mécanismes contractuels, qui prennent efficacement le relais des infrastructures lorsqu’elles atteignent leurs limites.

« Mettre en place des mécanismes contractuels qui prennent efficacement le relais des infrastructures. »

Pour valider la faisabilité et l’efficacité des différents mécanismes possibles, il a fallu modéliser le comportement du réseau, et notamment en définir les limites physiques.
Nous avons construit un modèle qui nous a permis de tester différents schémas de flux, dont le schéma Nord vers Sud qui était la raison d’être de la fusion des zones. Dans ce schéma, nous avons identifié quatre limites principales sur le cœur de réseau.

Parmi les mécanismes permettant de gérer ces limites, nés de la concertation dans les groupes de travail avec les clients, il y a celui du spread localisé. Ce dernier a déjà été testé à petite échelle l’hiver dernier, sur une limite au sein de la TRS. Et ça fonctionne !

Jean-Damien LENOIR

Jean-Damien LENOIR

Expert marketing, Direction Commerciale

La concertation qui a permis de donner vie à la TRF a démarré en 2016. Mais les décisions qui figeaient le modèle dans lequel cette fusion devait être faite dataient, elles, de 2012. Pour rappel, la décision fondatrice de la TRF a été de mettre en place, en complément de la réalisation de nouvelles infrastructures, des mécanismes de gestion des limites résiduelles du réseau.

Quatre années s’étant écoulées entre le moment où cette décision a été prise et le début de la concertation avec les clients, il y a eu un enjeu fort à rappeler et à repartager cette histoire.

« Repartager l’histoire de cette fusion et les conditions dans lesquelles nous devions l’accomplir. »

L’objectif : inciter nos clients à co-construire la nouvelle offre avec nous, notamment choisir les mécanismes, pour que nous réalisions ensemble une nouvelle offre qui fonctionne, et aussi pour les co-responsabiliser sur les choix contractuels qui ont été fait.

Emmanuel SARON

Emmanuel SARON

Responsable du Pôle Performance Système Gaz et directeur du projet Zéfir (Création d’une Place de Marché Unique)

Pour concrétiser ce projet de TRF, il a fallu traiter simultanément des sujets très différents – certains liés aux infrastructures, d’autres à l’offre, d’autres au système d’information, d’autres encore à la régulation… – et ce avec plusieurs acteurs. Il y a eu un enjeu de coordination important, pour faire en sorte que chacun avance au même rythme.

L’une des parties prenantes essentielles de ce projet, c’est bien sûr Teréga, une entreprise avec laquelle nous partageons un métier et une mission commune de transport de gaz. Mais nous sommes aussi deux entreprises différentes, avec, pour chacune, son histoire, ses périmètres et ses process.

« Faire en sorte que tout le monde avance au même rythme. »

La TRF a été l’occasion de nous mettre davantage en correspondance, en recherchant un équilibre dans la gouvernance de ce dossier et le rythme auquel nous devions avancer. Nous nous sommes progressivement ajustés les uns aux autres pour trouver, sur chacun des sujets clés de ce dossier, des solutions communes. Nous nous sommes également répartis les activités de manière claire.

Il nous reste encore quelques sujets d’harmonisation à traiter dans les mois qui viennent, mais la dynamique de dialogue qui s’est mise en place à l’occasion de ce « chantier TRF » va continuer de fonctionner !

Amina AFFES et David CERQUEIRA

Amina AFFES et David CERQUEIRA

Amina AFFES, chef de projet SI de la partie Système Gaz au sein du programme Zefir & David CERQUEIRA, chef de projet SI du SI Clients au sein du programme Zefir


De gauche à droite :
Romain Ranzatto, David Cerqueira, Amina Affes, Samuel Bouttier, Sari Ziade

Le système d’information a été le dernier maillon du projet TRF. Pour autant, c’est un projet 3 à 4 fois plus important que ceux que nous sommes amenés à gérer habituellement ! Arrivé en « bout de parcours », ce projet complexe a dû être mené avec de nombreux intervenants, comme nos partenaires Storengy et Teréga, mais aussi avec nos clients. Nous avons eu une quinzaine de mois pour le mettre en oeuvre.

« Réaliser un grand projet SI, très structurant, avec beaucoup d’intervenants et dans un temps limité. »

Pour être opérationnels dans les temps, nous avons mobilisé des moyens à la hauteur des enjeux. 120 personnes auront travaillé sur ce projet qui recoupait une trentaine de chantiers SI différents. Nous avons mis en place une gouvernance « serrée », avec des daily meetings pour répartir les missions, des points de synchronisation entre chefs de projet toutes les semaines, des comités de pilotage mensuels avec les métiers et les partenaires…

Nous avons aussi travaillé de façon agile, en automatisant certaines tâches mais aussi en travaillant par « paliers » et en échelonnant les livraisons. Côté Système gaz, nous avons ainsi réalisé des livraisons successives des différentes applications destinées au pilotage du réseau avec cette nouvelle configuration, avec pour chaque livraison des tests et des validations partielles… et tout cela sans impacter l’existant !

Marine ALLIEL, Jérémie HOSANSKI et Aude CHEVALIER

Marine ALLIEL, Jérémie HOSANSKI et Aude CHEVALIER

Marine Alliel, chargée de relation clients à la Direction Commerciale et interlocutrice opérationnelle commerciale au sein du projet Zefir / Jérémie Hosanski, ingénieur production de l’offre référent au sein de la Direction Système Gaz, pôle Exploitation Système, Interlocuteur opérationnel Dispatching au sein du projet Zefir / Aude Chevalier, chargée de relation clients à la Direction Commerciale et interlocutrice opérationnelle commerciale au sein du projet Zefir


De gauche à droite :
Marine Alliel, Jérémie Hosanski, Aude Chevalier

Notre défi a été de faire du rêve de tout le monde une réalité simple, concrète, opérable au quotidien pour tous les intervenants. Nous étions à l’articulation entre les concepts, les idées, et leur mise en œuvre opérationnelle.

« Transcrire de façon simple des nouveaux concepts complexes pour que la transition soit fluide pour tout le monde. »

Concrètement, notre rôle sur le projet était de traduire les idées des équipes et des groupes de travail en cahiers des charges opérationnels pour les équipes SI. Durant les phases de développement, nous testions également les solutions pour vérifier qu’elles correspondaient bien à l’idée initiale et qu’elles seraient simples à utiliser par nos clients et par les équipes internes. C’était un travail exigeant, car une idée très simple sur le papier pouvait s’avérer beaucoup plus compliquée en mise en œuvre.

Notre rôle a également consisté à accompagner les acteurs du dispatching par un travail d’information et de pédagogie autour des nouveaux ouvrages et des mécanismes contractuels. Il fallait que chacun comprenne bien la raison d’être de ces ouvrages et mécanismes pour se les approprier et disposer d’une vue d’ensemble du nouveau système.

+ d’infos sur la TRF ?
C’est par ici !

Tout savoir sur la TRF

Un dossier qui agrège l’ensemble des articles, cartes, présentations et webinars réalisés par GRTgaz sur la zone de marché unique.

TRF : une vidéo essentielle

Une zone de marché unique, pourquoi, comment ? Une vidéo pour comprendre l’essentiel en 3 mn.

Un dossier 100 % consacré à Val de Saône 

Pour tout savoir sur ce programme d’envergure ayant mobilisé 700 M€ d’investissements.